Le procès interdit de Marine Le Pen

Enquête sur la "machine à cash" du FN

Date de parution : 02-03-17 | ISBN :  9782412021941 | 224 pages

Enquête sur la "machine à cash" du FN

« Tête haute, mains propres », proférait le père. « Tête haute, mains blanches », lance la fille en avril 2016, au lendemain des révélations sur les opérations financières de deux de ses proches, épinglés dans l’affaire des « Panama Papers ». Mais l’affaire qui menace le plus Marine Le Pen est d’une tout autre ampleur. Il s’agit de ce qui pourrait être considéré comme une gigantesque
escroquerie au détriment du porte-monnaie des contribuables.
Durant trois ans et demi, ce système a fait l’objet d’une enquête fouillée de la brigade financière, puis de deux juges d’instruction spécialisés dans la lutte anti-corruption. Elle a été bouclée en octobre 2016 et aurait, en toute logique, dû être jugée avant la prochaine élection présidentielle. La présidente du FN a multiplié les recours juridiques pour repousser l’échéance, allant jusqu’à
mettre en cause les juges eux-mêmes… Dans les hautes sphères du pouvoir, certains craignaient aussi sans doute qu’un tel procès fasse le jeu de Marine Le Pen. Qu’il alimente sa stratégie de « victimisation » de candidate ciblée par l’« establishment » et que le bruit de la défense de l’extrême droite – fût-elle mensongère – grossisse encore les rangs de ses électeurs.
Ce livre fait le pari inverse. Il postule qu’en démocratie il n’y a pas de citoyen trop informé et qu’avant de déposer un bulletin dans l’urne, mieux vaut en savoir le plus possible sur les faits et gestes des candidats. Surtout quand ceux-ci flirtent allègrement avec l’illégalité et sont soupçonnés d’avoir détourné massivement de l’argent public. Il ne s’agit pas de juger avant la justice, mais de livrer au public des éléments d’information propres à éclairer ses choix.

ISBN :  9782412021941 Date de parution : 02-03-17
224 pages
« Tête haute, mains propres », proférait le père. « Tête haute, mains blanches », lance la fille en avril 2016, au lendemain des révélations sur les opérations financières de deux de ses proches, épinglés dans l’affaire des « Panama Papers ». Mais l’affaire qui menace le plus Marine Le Pen est d’une tout autre ampleur. Il s’agit de ce qui pourrait être considéré comme une gigantesque escroquerie au détriment du porte-monnaie des contribuables. Durant trois ans et demi, ce système a fait l’objet d’une enquête fouillée de la brigade financière, puis de deux juges d’instruction spécialisés dans la lutte anti-corruption. Elle a été bouclée en octobre 2016 et aurait, en toute logique, dû être jugée avant la prochaine élection présidentielle. La présidente du FN a multiplié les recours juridiques pour repousser l’échéance, allant jusqu’à mettre en cause les juges eux-mêmes… Dans les hautes sphères du pouvoir, certains craignaient aussi sans doute qu’un tel procès fasse le jeu de Marine Le Pen. Qu’il alimente sa stratégie de « victimisation » de candidate ciblée par l’« establishment » et que le bruit de la défense de l’extrême droite – fût-elle mensongère – grossisse encore les rangs de ses électeurs. Ce livre fait le pari inverse. Il postule qu’en démocratie il n’y a pas de citoyen trop informé et qu’avant de déposer un bulletin dans l’urne, mieux vaut en savoir le plus possible sur les faits et gestes des candidats. Surtout quand ceux-ci flirtent allègrement avec l’illégalité et sont soupçonnés d’avoir détourné massivement de l’argent public. Il ne s’agit pas de juger avant la justice, mais de livrer au public des éléments d’information propres à éclairer ses choix.
Revue de presse
"L'enquête révèle ce qui, selon l'auteur, «pourrait s'apparenter à une vaste escroquerie au porte-monnaie des Français »."