Fifi Mandirac met des couleurs dans notre quotidien

Fifi Mandirac est une créatrice « chouchou » des Éditions First ; après l’Album des trésors de bébé, le distributeur de stickers pour dire que la vie est belle, le livre des 35 créations pour mon bébé à réaliser le temps de sa sieste, elle a mis de jolies couleurs dans notre rentrée avec le calendrier familial et nous permet d’envisager 2017 avec le sourire grâce à son agenda illustré. Bref, Fifi Mandirac met du soleil dans notre quotidien, et ce n’est pas rien pour la créatrice qui vient de s’installer à Marseille, une ville qui lui « redonne un élan créatif ».

 

Peux-tu nous raconter ton parcours ?

J’ai fait une école d’art, je suis graphiste à la base. J’ai d’abord travaillé un peu en agence mais assez vite, j’ai voulu me mettre à mon compte… J’ai commencé par faire des faire-part de mariage, de naissance et de la déco : en fait je voulais créer une identité visuelle pour les particuliers et j’avais envie de pouvoir mener un projet de A à Z. De là est partie une marque, ce qui n’était pas prémédité de ma part…

Beaucoup de gens aimaient bien mon travail mais n’avaient pas besoin de faire-part. Du coup, la suite logique a été de faire des cartes, puis des cahiers. Je me suis rendu compte que ce c’était surtout le graphisme qui plaisait, l’univers qu’il y avait autour. Alors j’ai développé cet univers et des éditeurs sont venus me voir, ce qui m’a permis de développer mon imaginaire…

 

Aujourd’hui, tu te définirais comment ?

Je n’ai pas trop envie de me définir… Tout ce qui tourne autour de l’œil, ça me convient. Je ne me sens pas qu’« illustratrice » car je fais aussi du stylisme, de la déco, de l’illustration, du graphisme, de la maquette et je choisis des photos… Donc c’est plutôt de la « direction artistique ».

 

Où trouves-tu ton inspiration ?

Je n’en sais rien, c’est naturel… Par exemple le fait de bouger, sortir, aller au ciné, aller se promener ou même déménager peut nourrir mon inspiration. J’ai envie de sortir de ma zone de confort !

L’inspiration est infinie… Je suis dans ma cuisine là, par exemple, je vois des citrons à côté des tomates et les couleurs sont jolies… Une tasse que l’on pose devant un mur et des couleurs qui se répondent...Une feuille d’arbre qui se détache et fait un joli motif...

C’est plus une disposition d’esprit qui se travaille. Ça me fait penser à cette citation de Pablo Picasso : « L’inspiration existe, elle doit te rencontrer lorsque tu es  en train de travailler ».

 

Comment s’est passée la collaboration pour l’agenda 2017  et le calendrier familial ?

Cela faisait des années qu’on me réclamait un agenda… Je ne pouvais pas l’éditer moi-même car je n’ai pas le réseau de First. Du coup, j’étais tout de suite motivée quand les Éditions First m’ont parlé de ce projet.

Pour le calendrier, j’ai utilisé des affiches que j’avais déjà, et qui ont une symbolique dans ma vie. Pour le concevoir, j’ai fait comme si c’était pour moi. Je m’en sers chaque jour et je prévois déjà ce qui va être amélioré l’année prochaine.

Ce que j’ai beaucoup aimé avec les projets du calendrier ou de l’agenda, c’est que j’ai pu aller vers un univers plus géométrique.

 

Parle-nous des bons points que l’on peut trouver dans le calendrier…

J’aime bien les bons points… Ça m’amuse encore les bons points, c’est pour les adultes, je connais des amoureux qui se donnent des bons points. Il faut garder son âme d’enfant même quand on est adulte !

 

Quels sont tes projets ?

On a plein de projets en cours, plein de surprises qui arrivent !...

 

Pour en savoir plus :

Blog de Fifi Mandirac

Facebook : @fifi.mandirac

Instagram : @fifimandirac